Allons-nous devenir centrés collaborateurs ?

La révolution de nos modes de travail n’a plus rien de conjoncturelle, elle est engagée et là pour durer. Nos bureaux se sont téléportés dans nos salons et avec eux, une nouvelle lucarne zoom est entrée dans l’intimité de nos vies. Le télétravail s’est imposé pour tous les métiers qui peuvent s’exercer hors site. Les open spaces se sont à moitié vidés et les survivants se transforment régulièrement en salle de visioconf ! Lors de la reprise, mesures sanitaires et autres nouvelles règles ont bousculé nos comportements et envahi nos espace de travail. La transformation numérique qui prenait son temps, a subi une belle accélération et ce qui était encore impossible hier, est devenu banal en quelques mois.

Bref, le travail "s’hybride, se flexe, se nomadise, se métaverse" forçant toutes les entreprises à revisiter leurs infrastructures et leurs méthodes. Des dirigeants aux employés en passant par les managers, nous devons tous revoir nos copies dans notre manière de nous organiser et de travailler. Un marché du travail qui se globalise et des collaborateurs qui se désengagent Avec l’intégration du télétravail, il est possible de créer des équipes de travail hybrides à l’échelle de la planète. Les entreprises peuvent désormais recruter des nouveaux talents dans le monde entier mais sont également en concurrence avec les entreprises du monde entier pour les attirer. L'attitude des "développeurs mercenaires canapé” que l’on connaissait déjà dans le monde de la tech conquière peu à peu de nombreux métiers. Car pour ces métiers très recherchés, on ne postule plus, on est recruté ! Le rapport de force entre employeur et employé semble s’inverser. Alors quelle expérience collaborateur garantir pour attirer les nouvelles générations ? Des horaires flexibles, des outils digitaux user-friendly, des animations communautaires, des missions qui font sens, des bureaux hospitaliers…. La liste est longue et surtout, diffère d'une entreprise à l’autre qui, par la nature de leur activité cœur, n’affiche pas les mêmes atouts. Réglementer le cadre d’une révolution, est-ce bien raisonnable ? Dès la fin du premier confinement, les directions générales se sont empressées de négocier le cadre d’un travail hybride sans vraiment prendre le temps d’observer les comportements de leurs employés, d’identifier leurs besoins et par là-même les opportunités pour concevoir une nouvelle expérience collaborateur au service d’une meilleure performance de l’entreprise. Résultat, les clivages se sont durcis, et les collaborateurs se sont sentis infantilisés, écartés d’une révolution qui se jouerait sans eux. Les nouveaux lieux de travail s’appelle wifi, murs, et pièces à vivre ! Désormais, il y a autant de lieux de travail qu’il y a de connexion internet : bureaux, espaces de co-working, voiture, train, hôtels… Le travail collaboratif a désespérément besoin de murs sur lesquels partager le travail en commun et d’espace suffisant pour se mouvoir et pouvoir créer en groupe. Il en existe aujourd’hui en ligne ou dans les espaces physiques qui offrent des murs vierges de tous tableaux ou tapisseries et autres décors. Exit la salle de créativité encombrée de la griffe de son décorateur ! Et quand on veut créer du lien, on célèbre ! On partage le verre ou le repas ou le cours de fitness… A chacun son kit de travail ! Le télétravail ne se résume pas à un bureau, un ordinateur et une chaise confortable. Cette nouvelle autonomie offerte par le travail chez soi requiert discipline et conscience de ses besoins. Elle interroge nos habitudes comportementales, questionne notre organisation, défie notre état de présence et brouille les frontières entre vie privée et vie professionnelle. Le télétravail lui aussi, s’apprend et s’invente pour s’inscrire au mieux dans notre activité professionnelle. Saisir l'opportunité de réinventer des modes de travail qui nous conviennent ! Si l’on met de côté le contexte émotionnel dans lequel s'est engagé la révolution de nos modes de travail lors des premiers confinements – insécurité, peur, maladie, deuil, promiscuité – pour s'intéresser à l’enrichissement fonctionnel qui en a émergé, nous constatons que nous disposons aujourd'hui d’un ensemble de possibilités d’évolution de notre univers professionnel inégalé : pouvoir travailler au bureau, chez soi, lors de nos déplacements, pouvoir s’isoler ou travailler en équipe, en ligne ou en présentiel. À distance, nous pouvons nous voir, nous entendre, converser, partager des documents, les annoter, nous pouvons mêmes brainstormer, archiver notre travail en un clic, puis nous retrouver, nous toucher, partager un verre, nous pouvons même rencontrer des personnes que nous n’aurions jamais rencontrées en se retrouvant sur la toile, bénéficier de la traduction simultanée sur nos réunions… Jamais nous n’avons disposé d'une telle palette de possibilités et d’options. L’ampleur même de ce champ des possibles nous demande de nous responsabiliser et de concevoir les modèles qui nous conviennent. Allons-nous troquer nos quelques heures de déplacements gagnées contre un allongement de nos temps de travail ? Allons-nous supprimer les pauses, nier les besoins de notre corps, frôler le burn-out ? Allons-nous accepter de brouiller la frontière entre maison et travail ? Allons-nous continuer à nous réunir en chair et en os autour d'une table qui occupe 80% de la place disponible et nous empêche de nous mouvoir ? Nous pouvons au contraire saisir cette occasion pour entreprendre une observation et une analyse scrupuleuse de nos besoins, apprendre à mieux nous connaître et identifier les pistes de réinvention : quel est mon bio-rythme ? suis-je du matin, du soir ? Quelles sont mes contraintes familiales ? Quels sont les moments qui me nourrissent en énergie ? Comment est-ce que je contribue au travail des autres ? De quoi ai-je besoin pour gagner en productivité, en créativité, en autonomie ? Une fois conscients des besoins collaborateurs et transparents sur les objectifs de production et de performances de nos entreprises, nous pouvons, en croisant nos expertises respectives, concevoir en équipe nos nouveaux modes de travail, avec à la clef pour l’organisation, le design d’une expérience collaborateurs désirable. Allouons-nous le droit à l’erreur, adoptons le regard du débutant en expérimentant les différents scénarios que nous aurons élaborés. Les années qui viennent devraient être celles des pilotes, des prototypes et de leur évaluation. Réjouissons-nous car tout reste à faire ! L’opportunité nous est offerte de réinventer nos modes de travail et de collaboration, d’être partie-prenante de cette aventure, de mener ce travail de cocréation avec toutes les voix nécessaires à la réussite de l’entreprise. Le clivage, le “rapport de force” pourra laisser place à la coopération, la créativité collaborative, l’esprit d’innovation et un optimisme retrouvé. _____________ Au sein d'UCD Network, nous sommes experts de l'approche de conception humano-centrée et nous pratiquons le nomadisme et le travail à distance depuis notre création en 2005 ! Au fil des années, nous avons fait nôtres les progrès technologiques pour booster notre collaboration créative sur projet et mener à bien les enjeux d'innovation et de transformation culturelle de nos clients, en équipe mixant présentiel et distanciel indifféremment.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square