Empathie, complémentarité des expertises et créativité, les booster de l'innovation

Quand j'étais encore une enfant, je regardais l'innovation comme « une affaire d'hommes », une affaire sérieuse qui se traitait dans les bureaux d'étude, les laboratoires de recherche et qui finissait sous forme de brevets déposés dans un étrange institut opaque et poussiéreux. La micro-informatique se déclinait dans des boitiers en plastique gris souris, des écrans noirs avec curseur vert fluo et des langages abscons. L'industrie était « lourde », l'énergie était « nucléaire », l'agriculture « à grand rendement » et la France appartenait aux énarques et aux ingénieurs issus des grandes écoles : Les Mines, Centrale, Le Ponts... Que du "lourd" ! Quand la créativité était uniquement récréative

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-moi sur...
  • IMG_1930
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Basic Square
  • Medium-m-color-500px